Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE NIOXOR TINE

LE REFERENDUM SUR LE RAPPORT DE LA CNRI, UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT POUR BENNO BOKK YAKAAR !

12 Octobre 2014 , Rédigé par LE BLOG DE NIOXOR TINE Publié dans #REFONDATION INSTITUTIONNELLE

Le peuple des Assises est en émoi !

Un parfum de trahison, de wax waxeet flotte sur les Coalitions présidentielles, particulièrement Benno Bokk Yakaar !

La rencontre du samedi 20 septembre 2014 entre le Président de la République, président de l’Alliance Pour la République (APR) et ses alliés de Benno Bokk Yakaar, qui devait être celle de la rectification, a finalement déçu tous les patriotes et démocrates de ce pays.

Comment dissiper les malentendus au sein de la Coalition au pouvoir, si le chef de cette alliance rejette ses engagements solennels concernant la refondation institutionnelle et persiste à imposer à ses supposés partenaires l’acte 3 de la décentralisation, qu’on s’apprête encore à ramener à l’Assemblée Nationale, sans concertation aucune ?

La majorité de nos concitoyens est-elle fondée à croire que c’est un marché de dupes - et non des convergences programmatiques - qui lie les Coalitions soutenant l’action du Président de la République ?

Est-ce seulement parce que l’issue des dernières élections locales caractérisées par un imbroglio inextricable sur fond de guerre fratricide au sein du camp présidentiel a eu raison des prétentions hégémoniques du Parti présidentiel, qu’on cherche à ressusciter une alliance moribonde ?

Est-il vraiment possible de partager une compréhension commune des enjeux et des défis à relever pour consolider Benno Bokk Yakaar et bâtir un Sénégal émergent, si le Président, pour qui il n’est pas question de changer de Constitution, envisage de rejeter l’essentiel des conclusions de la Commission Nationale de Réforme des Institutions (CNRI) ?

Le Président Macky Sall, qui a bénéficié de la confiance aveugle des leaders peut-il, sans autre forme de procès, revenir sur sa promesse faite au Comité national de Pilotage (CNP) des Assises nationales entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012, de procéder à des réformes institutionnelles ?

N’est-ce pas le Président lui-même, qui a institué un Comité de suivi de la mise en œuvre des conclusions des Assises Nationales, sur proposition du Comité national de Pilotage et mis en place la CNRI présidée par le Président Amadou Mahtar MBOW ?

Est-ce pour avoir les coudées franches que le Président aurait, au lendemain de sa rencontre avec ses alliés de Benno Bokk Yakaar (BBY), instruit ses services de donner une somme d’un million de francs CFA à Yoonu Askan Wi, qui l’a affirmé dans un communiqué parvenu à la Presse ?

Combien d’autres membres de la Coalition ont reçu leur part ? Quel montant ? Est-ce la première fois ?

Combien seront-ils à imiter Yoonu Askan Wi, qui envisage de restituer l’argent au peuple dans le cadre de la lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola ?

N’est-il pas temps d’instituer un financement des partis légalement budgétisé et voté par l'Assemblée Nationale ? En attendant, ces pratiques malsaines devraient être bannies de l’arène politique au nom de l’éthique et de la morale républicaine.

Quand est-ce que nos gouvernants entendront-ils enfin le conseil d’Amilcar CABRAL : « Ne cachez rien à la masse du peuple, ne mentez pas, combattez le mensonge, ne cachez pas les difficultés, erreurs et échecs, ne croyez pas en une victoire facile ni aux apparences » ?

N’est-il pas temps pour la gauche sénégalaise, notre famille politique, qui doit se différencier politiquement et idéologiquement, à travers ses pratiques et comportements, des autres familles politiques, de commencer par changer en elle ce qu’elle veut changer autour d’elle ?

 Au-delà de ces questionnements, nous exhortons la majorité sociale, populaire et politique qui a chassé WADE et le PDS libéral du pouvoir à peser pour une nouvelle manière de faire la politique et d'être citoyen et l’arrêt de la vampirisation des deniers publics et de l’argent du contribuable.

De même, nous pensons que notre famille politique, avec les autres démocrates, patriotes et progressistes de notre pays, dans le droit fil de la formidable poussée citoyenne du 23 juin 2011, devrait exiger fermement du chef de l’Etat, le respect des conclusions des Assises Nationales à travers ses trois axes.

  • Axe de la refondation institutionnelle permettant des avancées en termes d’équilibre des pouvoirs et de mise du citoyen au cœur de tout processus.
  • Axe du changement des comportements et des mentalités pour l’émergence d’un nouveau type de sénégalais (NTS), question importante sans laquelle les changements envisagés à quelque niveau que ce soit ne pourront se réaliser sur une base solide et pérenne.
  • Axe relatif aux questions économiques avec la mise en avant du principe de souveraineté, notamment en parlant de patriotisme économique.

Il s’agit là d’une question de vie ou de mort pour la survie politique de la deuxième alternance, dans le cadre d’une alternative anti-libérale, anti-impérialiste et panafricaine portée par la Gauche historique.

Oui, il faut renouer avec l’esprit des Assises, seule voie de consolidation de BENNO BOKK YAKAAR !

A Monsieur Macky SALL: VEUILLEZ ORGANISER UN REFERENDUM SUR LES REFORMES INSTITUTIONNELLES

 

PATRIOTES SENEGALAIS POUR

UN RÉFÉRENDUM SUR LES CONCLUSIONS DE LA CNRI

Commenter cet article