Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE NIOXOR TINE

LA SANTÉ EN CRISE : ADRESSE A L’ENDROIT DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET DES PERSONNALITÉS INDÉPENDANTES

30 Novembre 2014 , Rédigé par LE BLOG DE NIOXOR TINE Publié dans #POLITIQUE DE SANTE

Le système public de santé sénégalais traverse une  crise profonde.

Il n’est de semaine où la presse ne relate le cas d’urgences médicales refoulées sans ménagement de structures de soins puis trimbalées de structure en structure avant de mourir dans des taxis ou voitures particulières.

Ces scandales spectaculaires ne sont que la face visible de l’iceberg dans un système socio-sanitaire affecté par une gouvernance pathogène et des dysfonctionnements managériaux majeurs.

Cet état de fait est le plus souvent dû à l’incapacité des structures sanitaires de fournir une offre de soins à même de faire face à une demande toujours croissante. Il est de notoriété publique, que les établissements de soins souffrent d’un manque de médicaments et consommables, de l’insuffisance de matériel et d’équipements hospitaliers, d’un déficit en ressources humaines qualifiées et motivées…etc.

Dans un contexte où même la Banque Mondiale parle d’autonomie hospitalière excessive, on note que les procédures de contrôle sont ramenées à de simples rituels administratifs, sans efficacité réelle.

Par ailleurs, les nouveaux textes de la décentralisation plus connus sous le vocable d’acte 3, auxquels certains fonctionnaires du Ministère en charge de la Santé essaient d’accoler le projet de réforme du district sanitaire, risquent de désarticuler les systèmes locaux de santé.

Enfin, la réduction drastique des budgets au sein du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, la mainmise de la Présidence de la République sur l’essentiel des ressources dévolues à l’Action sociale à travers la Délégation Générale à la Solidarité Nationale ainsi que les politiques de gratuité irréfléchies vont finir par compromettre l’accès des communautés aux services socio-sanitaires de base.

Comment passer sous silence la tentative de domestication des organisations censées défendre les travailleurs et les associations de consommateurs, qui cautionnent la transformation des organes délibérants en caisses de résonance, au profit d’intérêts occultes de personnalités officiant dans les hautes sphères gouvernementales ?

C’est ainsi que, de plus en plus, les travailleurs sont intimidés et sanctionnés simplement parce qu’ils assistent à des sit-in de protestation sur leur lieu de travail. Les journalistes ont de plus en plus de mal à pénétrer dans l’enceinte de certains établissements de soins devenus de fait des espaces de non-droit, où le droit à l’information du public, la liberté de réunion sont bafoués.

On assiste ainsi à une fragilisation du système sanitaire par une mauvaise gestion (corruption, conflit d’intérêts, népotisme…), le recrutement abusif de personnel non qualifié, la détérioration de la qualité des soins,  dans un contexte de collusion manifeste entre pouvoirs publics et états-majors syndicaux.

Certains militants syndicaux engagés dans la défense des intérêts des travailleurs et des usagers, ainsi que dans la lutte pour une gestion vertueuse au niveau des structures de soins font l’objet d’une répression féroce.      

C’est ainsi que Guy Marius Sagna, assistant social de son état  a été arbitrairement muté, parce qu’il dénonçait la gestion peu orthodoxe de l’hôpital de Sédhiou et a fait l’objet de trois affectations en moins d’un mois. De même, Cheikh Seck, kinésithérapeute, secrétaire général du SUTSAS de HOGGY, est victime d’un acharnement juridico-administratif pour avoir dénoncé des attributions nébuleuses de  marché.  Il vient d’être injustement affecté à la Direction des Etablissements de Santé, alors qu’un décret présidentiel l’a nommé représentant de personnel, à l’issue d’élections qu’il a brillamment remportées ! 

cf. Lettre ouverte au Président de la République du Groupe de Réflexion et de Résistance pour la Sauvegarde du SUTSAS (G2RS/SUTSAS), en date du 05 août 2014

http://www.nioxor.com/2014/08/lettre-ouverte-a-m-le-president-de-la-republique-du-senegal.html

C’est parce que que le système public de santé de notre pays s’achemine lentement mais sûrement vers une crise majeure et que l’accessibilité aux soins risque d’être irrémédiablement compromise, malgré le tapage folklorique sur la couverture maladie universelle, que notre Groupe pense qu’il est temps de réagir. 

Nous avons ainsi décidé d’élever d’un cran la lutte contre les lobbies ayant pris les structures de soins en otage et d’engager une campagne d’explication à l’endroit des personnalités indépendantes, des organisations de la société civile et de défense des droits de l’homme…

 Groupe de Réflexion et de Résistance

Pour la Sauvegarde du SUTSAS (G2RS/SUTSAS)

Dakar, le 16 novembre 2014.

Commenter cet article