Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE NIOXOR TINE

GRAINS DE SABLE DANS LE COUSCOUS NATIONAL (CERE BU XAJAM)

1 Janvier 2014 , Rédigé par LE BLOG DE NIOXOR TINE Publié dans #INVITES DE LA REDACTION

Subscribe to LE BLOG DE NIOXOR TINE by Email

couscous.jpg

CERE BU XAJAM


Par Bassirou Selemane NDIAYE

Qui d’entre nous n’a pas un jour rêvé de se retrouver sur un terrain semé de richesses (liasses d’argent, pierres précieuses ou tout autre) ? Qui se souvient dans ces conditions de s’être abstenu d’en ramasser le maximum ou de s’être posé la question de la légalité ou de la légitimité de son acte et de ses conséquences?

Lorsque l’opportunité de ramasser des richesses se présente à nous, lorsqu’il n’y a qu’à se baisser pour s’enrichir, qui d’entre nous se soucie de la morale ou des lendemains de son geste ?

A la différence des rêves desquels on se réveille heureusement la conscience tranquille et les comptes bancaires vierges de tout mouvement illicite, les circonstances favorables d’accaparement de richesses sont des faits réels. Souvent des opportunités  nées de situations politiques, économiques ou sociales (guerres, dictatures, catastrophes naturelles, etc.…), elles se manifestent comme des virus dont l’immunité s’acquiert loin des laboratoires médicaux mais plutôt dans l’éducation et l’environnement de chacun.

-       L’éducation qui crée le « Njomb », cette essence qui amène chacun de nous à se fixer une ligne de démarcation à ne pas franchir,

-       L’environnement qui qualifie notre attitude face à une situation, nous blâme ou nous couvre d’honneur s’il ne se contente pas de nous comprendre.

Qualifiés de réalistes ou de vulgaires charognards sans scrupules l’histoire a connu des pilleurs de tombes, des dépouilleurs de cadavres tombés aux champs de bataille ou après des bombardements de populations civiles.

Un cas d’école restera certainement l’histoire du général cubain Ochoa. Ochoa, c’est un de ces héros sans qui Cuba ne serait certainement pas Cuba. Un de ces hommes et de ces femmes de l’ombre qui ont joué un rôle fondamental dans la défense de l’intégrité territoriale de l’Ile, ont contribué à déjouer les effets de l’embargo du puissant voisin américain, les sabotages économiques et politiques dont cuba était victime.

Envoyé en Angola pour défendre la jeune république angolaise, on s’en était presque pris à croire qu’il ferait du « rêve africain de Che», une réalité.

Les troupes de l’impérialisme mondial représentées par le sinistre Jonas Savimbi avec le soutien de la puissante armée du raciste Pick Botha de l’Afrique du Sud sous l’Apartheid mis en déroute, Ochoa s’est retrouvé en territoire libéré, un territoire certes ruiné mais parsemé d’or, d’argent, de diamant, une caverne d’Ali Baba bien réelle.

« Je me suis mis à glaner quelques pierres de ci, de là, à constituer un capital sans me poser de questions. Quand j’ai ouvert les yeux en constatant l’étendue de mes avoirs, j’ai compris qu’il était trop tard : j’étais un voleur qui méritait la mort…. »

C’est en substance l’esprit dans lequel cet homme d’honneur pris au piège a résumé sa situation. Refusant toutes les issues « honorables » pour son rang, jusqu’au suicide dans l’intimité et qui arrangerait bien tout le monde, le général tenait à un procès non pas pour déballer, mais bien pour dire au monde et à ses frères en particulier, les subtilités du « virus de l’opportunité d’accaparement » et les symptômes de la pathologie de l’enrichissement illicite. S’il n’a pas expié ses péchés sur la croix, s’il n’a pas été pendu dans le déshonneur comme il l’aurait certainement souhaité, Ochoa a bel bien été reconnu coupable et fusillé. Quel courage, quelle témérité face à l’idéal d’un homme, humainement fragile devant les tentations du monde matériel.

Ndoumbélane n’a pas ses Ochoa, et ceux qui ont ramassé et amassé des fortunes sur les cadavres du royaume parce que l’opportunité s’était présentée à eux, ne sont pas prêts de les rendre et encore moins d’expier leurs péchés. Ce ne serait pas un drame si les héritiers de l’Empereur s’en tenaient à cette position que conforteraient à coup sûr leur éducation et leur environnement. Ce qui est inquiétant c’est justement cette détermination à obliger certains à se confesser devant le juge de la cour pour voir leurs péchés à moitié pardonnés et leurs fortunes à … 80 % blanchies.

Comment dissocier l’acte judiciaire qui vise à réprimer les faits illicites que tout le monde condamne, de l’acte politique perçu comme un désarmement financier de potentiels concurrents dans un royaume où le pouvoir de l’argent dans les échéances passées et futures, est plus que déterminant ?

Comment faire accepter que la seule évocation publique de fortunes suspectes aux yeux de la majorité des concitoyens de Goorgorlu peut être passible de prison pendant que d’autres moins fortunés sont contraints à expier leur forfait? Il est vrai que l’institution pèse lourd, trop lourd sur notre conscience pour autoriser à chacun le droit de la bafouer selon ses humeurs ou ses intérêts. Comme le disait Vasil Bilak à un journaliste suédois, « notre démocratie ne permet pas à un citoyen de taxer notre président d’imbécile, parce nous n’élisons pas des imbéciles à la présidence de notre république». C’est peut être cette logique patriotique qui pousse Ndoumbélane à entrer dans tous ses états parce qu’un citoyen vient manquer de respect à ses institutions.

Ce n’est pourtant un secret pour personne que des questions sur les fortunes de certaines personnalités sont évoquées tous les jours et dans tous les foyers de Ndoumbélane. Et il ne s’agit pas toujours de ceux qui nous gouvernent ou ont eu à nous gouverner, même si le dénominateur commun reste les fruits de la caverne d’Ali Baba ouvert par l’Empereur.

Cette condamnation non partisane devrait raisonnablement suffire. Il était donc plus logique dans une perspective de gestion responsable, d’opposer un mépris à certains propos venant de certaines sources. Mais l’émotion a encore pris le dessus sur cette république décidément émotive faisant d’un fait divers une affaire d’état. L’adage veut que ceux qui ont accroché leurs gourdes au plafond aient horreur de ceux qui lèvent la tête. Mais était-ce une raison d’envoyer aussi maladroitement des obus de guerre  partir de fusils artisanaux de petit calibre ? De lâcher la meute en laisse pour tirer sur les chaines à la dernière minute ? Ce fut en tout cas, une maladresse de plus.

Ceux qui ont tenté d’apporter la réplique n’ont été plus que des protagonistes d’une  querelle de chiffonniers  n’ayant manifestement pas les compétences requises pour mener un tel débat. Ils ne sont pas crédibles et passent pour la plupart comme les fous du roi dans leur camp respectif. Ils ont contribué à ajouter du sable au couscous déjà difficile à avaler, le rendant moins digeste.  

Beaucoup de concitoyens de Goorgorlu pensent d’ailleurs qu’ils ont élevé la voix pour plaire au Gladiateur plus que pour le défendre. Leurs faits et gestes, leurs pratiques récentes les rendent tout simplement peu crédibles, parce que la crédibilité c’est avant tout, l’enfant né de l’union sacrée entre l’acte et la parole.

Edouard Chevardnadze, alors puissant membre du Politburo avait soumis au vote à main levée, une résolution particulièrement virulente contre l’Occident. Evidemment, la résolution fut adoptée à 100 %. Mais au lieu de compter, il ajouta cette phrase : « que tous ceux qui portent une montre occidentale baissent la main » ! Et Il n’y eut plus aucune main à compter. Moralité, la virulence des mots et des actes à certaines stations, ne traduit pas toujours une preuve d’engagement ou de fidélité.

L’enrôlement de certaines chapelles à la cacophonie n’en est que plus sordide. Tous les fidèles sont invités à prendre comme exemple les prophètes, ou dans le moindre des cas, de saints hommes dont la vie à été consacrée à prendre l’exemple d’un prophète. Refuser à un croyant et à un homme tout court, le droit de prendre exemple sur celui qui lui parait le plus proche d’un prophète ou le prophète lui-même est simplement inexplicable. Les prophètes et les saints sont des patrimoines de l’humanité dont aucun ordre, aucune chapelle ne saurait s’arroger l’exclusivité.

Le reste est une simple bataille médiatique, un combat politique pour amener des franges de certains clergés à défendre une cause beaucoup plus qu’à trancher un débat de fonds dont on cherche à éluder le fond.

N’a-t-on pas prié dans nos chapelles pour le départ du colon, puis d’un président ? N’a-t-on pas récité de célèbres cantiques religieux lors d’une marche en direction du palais ? Serions-nous amnésiques pour oublier que dans un passé récent, Dieu et certaines chapelles ont été les seuls refuges qui s’offraient aux croyants et même aux non-croyants traqués par la police ?

Laissons donc la politique aux politiciens avant qu’ils n’embrasent le pays pour » jouer aux sapeurs-pompiers ».

BANDIA, DECEMBRE 2013

 

 

Commenter cet article