Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE NIOXOR TINE

LA CRISE DE REPRESENTATION DEMOCRATIQUE DES JEUNES AU SENEGAL.

16 Juin 2013 , Rédigé par LE BLOG DE NIOXOR TINE Publié dans #JEUNESSE

 

Thiès, le 12/06/2013

FORUM D’ECHANGES ASPAD

(Association Sénégalaise d’Appui aux politiques Alternative pour le Développement)

 

LA CRISE DE LA REPRESENTATION DEMOCRATIQUE DES JEUNES DANS LES INSTANCES DE PRISE DE DECISION : LE CAS DU SENEGAL

 

P1010352.JPG

 

Ousseynou  Ndione Instituteur

à L’Ecole El Hadji Boubacar Ndiaye  I.E.F / Thiès-Ville

 

 

INTRODUCTION

La jeunesse Sénégalaise a toujours joué un rôle déterminant dans la prise du pouvoir et dans les luttes démocratiques à travers son implication et son organisation au sein des partis politiques et des syndicats. Et  l’exemple des mouvements sociaux de mai 1968 avec la révolte des élèves et étudiants, est patent à cet égard. Aujourd’hui encore  cette jeunesse en quête d’une nouvelle citoyenneté est beaucoup plus exigeante à l’endroit de ses représentants (président de la république, députés, Maires, conseillers régionaux, municipaux et ruraux).

Elle pose la question de savoir : qui nous représente dans les instances de prise de décision ? (Gouvernement ? Assemblée Nationale ? Conseil Economique, Social et Environnemental ? Conseil régional ? Conseil Municipal ?  Conseil Rural ?) 

Cette question trouve  toute sa pertinence dans le comportement de ceux qui sont supposés représenter le peuple en général et en  particulier les jeunes. Car combien de fois a-t-on entendu  un politicien clamer ’’ je suis le député du peuple !’’. Or  le premier réflexe de ces représentants c’est de changer  de contacts (numéros de téléphone, Adresse, Domicile, inaccessible = nouvelle sécurité) complètement  coupés  des masses qu’ils représentent. C’est fort de ce constat douloureux suivi de déceptions électorales récurrentes que les jeunes revendiquent maintenant leur quota dans la représentation démocratique. Alors fatigués d’être toujours pris comme des  faiseurs de  rois, ils exigent d’être présents là où on décide de leur  sort sans eux.

Il faut juste rappeler  que les jeunes représentent  à peu prés plus de 60% de la population. Ils constituent la couche sociale  la plus vulnérable avec des besoins spécifiques. Si la jeunesse se définit comme tout individu (homme et femme âgé de 18 ans  à 35 ans) par conséquent la majeure partie des jeunes a l’âge de voter, ce qui leur confère ce statut de faiseurs de rois. Cette jeunesse fait souvent l’objet de récupération politique ou d’instrumentalisation au sein de leurs formations politiques ou de la part de politiciens véreux ou des démagogues. Car  cette jeunesse n’as pas de conscience politique élevée ni une bonne formation. Et ceci s’explique par  le manque de formation dans les partis politiques (parti socialiste: l’école du Parti) ; PIT (Parti de l’Indépendance et du Travail : le quart-d’heure idéologique). A  y regarder de prés il semblerait que les jeunes se complaisent dans ce nouveau statut chimérique de faiseurs de rois.

I -  LES JEUNES, ETERNELS FAISEURS DE ROIS.

Dans l’histoire politique récente de l’implication des jeunes dans l’espace social au Sénégal, on constate qu’ils ont été  dans tous les combats  ayant abouti aux deux  alternances démocratiques au Sénégal particulièrement celle de 2000 consacrant l’élection de   maître Abdoulaye Wade à la tête du pays et l’élection de Macky Sall comme président de la république avec la deuxième alternance démocratique, où les protagonistes ont respecté le verdict des urnes.

Mais si  on remonte la pente asymptotique de l’histoire politique du Sénégal, on constate que les jeunes de 1988 taxés de ‘’jeunesse mal saine’’ par le président Abdou Diouf  pour l’avoir  hué et lui avoir jeté  des pierres à la place de  France lors  de son meeting de clôture, qui avait coïncidé avec celui de maître Abdoulaye Wade  que ces détracteurs appelaient  le candidat des enfants. Chemin faisant, 12 ans après  ces joutes électorales, avec une implication massive des jeunes ayant soif de changement, qui scandaient partout ‘’ SOPI’’ le slogan du candidat  du parti Démocratique  Sénégalais (PDS) Maitre Abdoulaye  Wade.  C’est eux qui ont élu  Wade en 2000.

Or les jeunes sont vulnérables, souvent exposés et exploités,  mais  mal formés ou pas formés du tout. Et comme l’a dit LENINE l’unique tâche dévolue à la jeunesse c’est d‘’apprendre’’ d’où la  problématique récurrente  de la formation des jeunes.  Mais  au Sénégal cette formation  est perturbée par la crise  scolaire qui gangrène le système  éducatif depuis  plus d’une décennie  et ceci  n’offre aucun avenir sécurisé aux jeunes victimes du chômage et de l’oisiveté. Car  la sécurité des jeunes  réside dans le travail et le loisir pour leur  plein épanouissement, afin de leur permettre de libérer toute l’énergie qui déborde en eux et d’éclore leur génie.

Ainsi fatigués et désespérés ces jeunes se tournent  vers les partis politiques pour avoir une ascension sociale rapide (ministre, député-PCA). Cependant, ils ne trouvent pas  leur épanouissement dans ces partis politiques à cause de l’absence de démocratie au sein des formations. Car les aînés ne leur  donnent aucune chance de promotion ou des postes de responsabilités et ils  sont mis  dans des positions de faire-valoir,  souvent érigés en bouclier ou chair à canon (grenade lacrymogène). Ils  sont au-devant  de la scène et au cœur des théâtres d’opérations au cours  des marches, des révoltes, émeutes, révolutions et / ou  guerres civiles, constituant les principales victimes. Aucune alternance démocratique  n’est  possible dans ces formations où on voit  des leaders faire plus de vingt ans  à la tête d’un parti. C’est le cas dans beaucoup de partis et il n’y a presque  pas de parti  politique  qui a un jeune comme secrétaire général.  L’unique place accordée à ces derniers c’est une commission de la jeunesse ou un mouvement des jeunes  qui peuvent être intégrés (UJTL : Union des Jeunesses Travaillistes Libérales avec le PDS, les jeunes socialistes avec le PS) ou affiliés au parti  comme (l’UJDAN : Union de la jeunesse Démocratique Alboury Ndiaye avec le PIT et  la  convergence Socialiste avec le PS) comme si la jeunesse était exclue du champ politique.

 Or ce sont  eux qui élisent les présidents de la république. Et c’est ainsi après avoir élu WADE en 2000, ces mêmes jeunes  se sont levés pour dire Non à la dérive du système libéral initiant le M23 (mouvement du 23 Juin 2011) pour dire NON à une troisième candidature de WADE qui a précipité sa chute. Le mouvement y’en a marre avec de jeunes rappeurs, élèves, étudiants, ouvriers, journalistes tous déterminés, y ont joué un rôle déterminant  et  la mort du jeune Mamadou Diop lors d’un rassemblement  du M23 est édifiant à ce propos. Par conséquent force est de constater que les jeunes ont joué un rôle de premier plan dans les alternances démocratiques survenues au Sénégal en 2000 et plus récemment en 2012 avec l’avènement  de Macky Sall à la magistrature suprême. Donc les jeunes qui constituent  la couche majoritaire de la population, la plus vulnérable et qui sont de potentiels électeurs sont absents dans les instances de prise de décision. Mais cette absence n’est toutefois remarquée qu’au plan politique car dans l’espace social et économique voire religieux les jeunes assurent de grosses responsabilités (jeunes mariés responsables de famille, jeunes chefs d’établissement  scolaire, jeunes chefs d’entreprises, jeunes marabouts etc.).

Au  vu de tout ce qui  précède  le constat  est alarmant quant à la représentation des jeunes dans les instances de prise de décision.

II  LA CRISE DE REPRESENTATION DES JEUNES DANS LES INSTANCES DE PRISE DE DECISION.

Au Sénégal on constate que les jeunes ne sont pas  représentés au niveau des instances de prise de décision et le seul constat d’une telle absence en fait l’objet d’une crise profonde de représentation démocratique. Car  les jeunes ne peuvent plus continuer à être représentés par procuration. Et ceux  qui sont  censés les représenter ne connaissent ni leurs préoccupations ni leurs spécificités en tant que  couche sociale.

Cette  crise de représentation se ressent le plus dans  le gouvernement où il n’y a aucun ministre jeune issu des élections présidentielles du 25 mars 2012. A l’Assemblée nationale, on a 3% de jeunes sur  150 députés et ceux qui se disent jeunes ont plus de 35 ans. La même absence de ces jeunes se fait remarquer au conseil économique social et environnemental où il n’ya  aucun jeune dans les 120 conseillers. On note que la jeunesse est absente partout dans les  instances suprêmes de prise de décision.

-          Maintenant au niveau local de la représentation démocratique des jeunes, nous prendrons l’exemple de Thiès ville historiquement politique, qui a eu comme premier maire à la commune Léopold Sedar  Senghor premier président  de la république du Sénégal. Une ville où les jeunes ont joué un rôle déterminant dans les mouvements sociaux et les luttes démocratiques, tel que Latyr Ndiaye un des principaux acteurs de l’année blanche en 1988 en tant que leader lors de la grève des élèves et étudiants. C’est pourquoi le cas de Thiès est illustratif à cet égard pour étudier la représentation des jeunes dans les instances de prise de décision,

-          au niveau  régional nous avons treize (13) jeunes sur un conseil de 72 conseillers soit 18% de représentation dans  une ville comme Thiès avec une population de Un million Deux Cent Soixante Seize Mille Deux Cent Quatre Vingt Huit (1.276.286) habitants avec 58 % de jeunes de moins de 20 ans selon les statistiques de 1999.

-          Au niveau du conseil municipal de ville (commune de Thiès) sur  77 conseillers municipaux on a  20 jeunes soit 26 % de représentation.

Dans les trois (03) communes d’arrondissement  la situation est pareille et cette  représentation découle des locales de 2009.

-          A Thiès-Est sur 70 conseillers municipaux on a  15 jeunes soit 21% de représentation.

-          A Thiès –Ouest sur 66 élus municipaux on a 10 jeunes soit 15% de représentation

-          A Thiès Nord sur 66 élus municipaux on a 5 jeunes soit 7,5 % de représentation.

Dans la communauté rurale de Notto Diobasse sur les 46 conseillers ruraux il n’y a aucun jeune au conseil  d’où une  représentation nulle. De même que dans la communauté rurale de Montrolland sur les 40 conseillers ruraux il  n y’a  qu’un seul jeune présent soit  un pourcentage de 2,5% de représentation.

Force  est de  constater que les jeunes ne sont pas représentés dans les instances de prise de décision du  sommet à la base et vice-versa. Or, on ne peut pas parler de démocratie représentative en excluant la majorité que constitue la jeunesse. Car en démocratie, c’est la loi de la majorité qui respecte les minorités. Et paradoxalement au Sénégal c’est l’effet contraire qui est  de mise car c’est la minorité qui décide. Or la démocratie vise le développement et pour ce faire personne ne doit  être exclu de la sphère de productivité et surtout pas les jeunes qui débordent  d’énergie et de créativité. L’exemple du CANADA est assez édifiant dans ce registre qui a élu  le plus jeune député du  monde âgé de 20 ans. Au Sénégal en 2000, WADE a tenté  de désamorcer la bombe en nommant des jeunes  comme ministre, député, directeur de société et président de conseil d’administration (PCA)  à des  postes de responsabilités mais cela n’était qu’une goutte d’eau dans la mer et il avait une approche partisane car ces jeunes étaient de son  parti.  Or  la jeunesse  Sénégalaise ne se résume pas à celle du PDS.

CONCLUSION

Le  Sénégal gagnerait beaucoup à  responsabiliser davantage les jeunes en leur  accordant  un quota signifiant et significatif dans les instances de prise de décision pour asseoir  une stabilité et à une paix durable. A l’instar de la parité accordée aux femmes qui  constituent avec les jeunes les couches les plus vulnérables et  majoritaires du pays, les jeunes doivent avoir leur part. Et déjà au XVIIième  siècle, Corneille écrivait dans le Cid, que la valeur n’attend point le  nombre d’années et dans notre tradition on dit souvent ‘’ XALE SU SETE LOXO MANA BOOK AKK MAG NDAPP’’.

Cependant, pour régler cette crise  de représentation des jeunes il faut une réforme des institutions. Au Sénégal les jeunes sont exclus d’office dans les instances de prise de décision.

La constitution nous dit que pour être député  il faut avoir 25 ans révolus,  pour être  président de la république 35 ans révolus et avoir  40 ans révolus  pour être sénateur.

Et pour couronner  le tout, l’administration dit qu’au-delà de 35 ans on peut plus être fonctionnaire d’où la grève des enseignants qui plombe le système  éducatif depuis plus d’une décennie. Or  l’unique point de discorde entre les  syndicats d’enseignants et le gouvernement c’est la validation  des années de volontariat et de  contractualisation pour permettre à certains de bénéficier du statut de fonctionnaires. D’où l’impérieuse nécessité de donner aux jeunes la place qu’ils méritent au sein des espaces décisionnels car comme on le dit en wolof ‘’TEW MO GUEN NU TEWAALA’’.

 

Commenter cet article