Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LE BLOG DE NIOXOR TINE

LIBERER THIAT DES GRIFFES DE LA "POLICE POLITIQUE" !!!

26 Juillet 2011 , Rédigé par LE BLOG DE NIOXOR TINE Publié dans #POLITIQUE NATIONALE

P1010638 

LIBERER THIAT DES GRIFFES DE LA « POLICE POLITIQUE » !

Il faut reconnaître à Thiat du groupe de rap, Keur Gui ainsi qu’à ses amis Malal, Fadel et  Simon le mérite historique d’avoir lancé, le 18 janvier 2011, le mouvement Y’EN A MARRE, en réaction non seulement à la situation sociale désastreuse de notre pays, marquée par des coupures récurrentes d’électricité et la cherté de la vie, mais également contre le dévoiement de l’alternance et la volonté de confiscation du suffrage du peuple.

Contrairement à ce que l’on pourrait attendre de jeunes et fougueux rappeurs, ce mouvement, qui ne veut pas de situation à la tunisienne ou à l’égyptienne, semble plus séduit par la non-violence et la prise de conscience citoyenne que par des théories insurrectionnelles.

Se voulant légalistes, ils désapprouvent le saccage des bâtiments publics lors des manifestations et s’évertuent à inciter les jeunes à s’inscrire massivement sur les listes électorales avec ce slogan "ma carte, mon arme" (Daas Fananal en wolof). 

Issus de la sphère culturelle, ils ont lancé le concept du "Nouveau type de Sénégalais" (NTS), ayant pour objectif de débarrasser notre société de ses toutes ses ordures (morales et matérielles) et de libérer les citoyens sénégalais de leurs mauvais penchants, dont profitent malheureusement les politiciens malhonnêtes.

Faisant preuve d’une maturité et d’un flair politiques étonnants, ils gardent leur  liberté vis-à-vis d’une classe politique oppositionnelle, qui malgré ses efforts (visibles au travers des Assises Nationales), subit encore des contraintes bureaucratiques liées à des logiques d’appareil. Cela leur permettra d’exercer leur rôle de « sentinelle » avec les successeurs d'Abdoulaye Wade, constituant ainsi un contre-pouvoir, qui nous aura tant manqué au lendemain de l’alternance de 2000.

Car malgré leur esprit pacifique et leur neutralité positive, ils se veulent les porte-parole de la société sénégalaise pour un changement de système.

Le pouvoir libéral serait bien avisé de le faire libérer, pour éviter un nouvel embrasement social, qui risque de précipiter sa chute programmée !

 

Commenter cet article