Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
LE BLOG DE NIOXOR TINE

ECHOS DE LA SECTION PIT-SENEGAL DE YOFF

DECLARATION SUR LE MOT D'ORDRE "FIPPU JOTNA" DU 24/11/2007

  1212623520 a5f79207ce m

 

LA COMMUNE DE YOFF, CETTE GRANDE OUBLIEE DE L’ALTERNANCE !

         Après des élections présidentielles frauduleuses et des législatives boycottées par l’écrasante majorité du peuple sénégalais, Me Abdoulaye Wade a fini de discréditer les Institutions de la République et de transformer le parti « démocratique » sénégalais en un instrument pour assouvir ses ambitions personnelles. Sociologiquement minoritaire depuis les toutes premières années de l’Alternance, son régime est entré dans une phase de dégénérescence ultime.

 En témoigne la grave crise économique reconnue par le président lui-même lors de son allocution du 02 novembre dernier. Cette crise, qu’on a trop tôt voulu imputer au prix du baril de pétrole, est  la conséquence directe de sa politique électoraliste faite de clientélisme politicien, d’achat de conscience, de corruption à l’échelle industrielle induisant un train de vie dispendieux de l’Etat. Le pouvoir libéral, qui récemment encore se vantait d’avoir hérité d’une situation économique reluisante porte, de manière irréfutable, l’entière responsabilité de cette crise. Les recettes préconisées pour venir à bout de ces difficultés brillent par leur caractère inapproprié et improvisé  et seront rapidement retirées face au scepticisme des spécialistes,  à la clameur populaire et à la résistance syndicale unanime.

         On note également une crise sociale sans précédent liée à une succession de campagnes agricoles aussi désastreuses les unes que les autres avec comme corollaires, la détérioration des conditions d’existence en milieu paysan, l’aggravation de l’exode rural et la hausse des denrées de première nécessité entraînant une baisse généralisée du pouvoir d’achat des populations aussi bien dans les villes que dans les campagnes. C’est dans ce contexte que l’opération avortée de désencombrement a été initiée pour dissimuler la misère populaire à nos illustres hôtes attendus pour le sommet de l’O.C.I. Victimes des désastreuses politiques économiques du pouvoir libéral, nos compatriotes sans emploi, ont de moins en moins de possibilités d’émigrer légalement.  C’est ainsi qu’ils ont été outrés par les projets du gouvernement de leur interdire d’écouler leurs marchandises sur les trottoirs d’une capitale qui, réhabilitée à coups de dizaines de milliards du Trésor Public, leur appartient de moins en moins.

         La Section de Yoff du Parti de l’Indépendance et du Travail, fidèle aux orientations de son Bureau Politique appelle les populations de Yoff à se joindre à la campagne « FIPPU JOTNA » en vue de mettre un terme à la dangereuse politique mise en œuvre par Me Abdoulaye WADE et sa garde rapprochée. Concernant les récentes tensions notées dans le village de Yoff, notre Parti en appelle à toutes les notabilités coutumières et religieuses à résoudre leurs différends de manière pacifique et à ne pas permettre à des politiciens mal intentionnés de semer la zizanie en leur sein. Ne cherchent-ils pas, ces politiciens, à occulter les difficultés que connaît le secteur de la pêche, difficultés liées  à la pollution marine (déchets industriels, ordures ménagères…), à la surexploitation des ressources halieutiques par les flottes étrangères, à la cherté du matériel de pêche accentuée par la situation de quasi-monopole, dont disposent certaines compagnies, à la hausse continue du prix du carburant, à l’insécurité en mer aggravée par la vétusté du matériel et par le non-respect des zones maritimes réservées à la pêche artisanale ? Il y a également  les conditions draconiennes d’octroi de financement par le Crédit Agricole, qui est la seule institution bancaire agréée par l’Etat et au sein de laquelle, les pêcheurs peuvent espérer une exonération. Le quai de pêche de Yoff est le seul à n’avoir pas été réhabilité par les autorités gouvernementales. L’entrepôt frigorifique destiné aux pêcheurs de Yoff n’a pas encore fini d’être construit, obligeant les vendeuses de poissons à aller s’approvisionner au Marché Central.

         Il va de soi, que les villages traditionnels  de YOFF à KAYAR comptent parmi les grands oubliés de l’Alternance. On peut dire, sans risque de se tromper, que les jeunes pêcheurs issus de ces villages sont les premières victimes du phénomène de « MBEUK MI ». Ce ne sont pas les deux pirogues offertes dans le cadre du pôle d’émergence urbain des rapatriés du PLAN REVA qui pourront y changer quelque chose ! Il est plus que temps de stopper net les dérives monarchiques du régime libéral qui a trahi tous les espoirs que le peuple sénégalais, y compris les militants de son parti, avait placés en lui.

EN AVANT VERS LES ASSISES NATIONALES ! VIVE LE PEUPLE SENEGALAIS ! VIVE LE P.I.T-SENEGAL !

YOFF, LE 24 NOVEMBRE 2007

 



ADRESSE DU 11 FEVRIER 2008 EN DIRECTION DES ELECTIONS LOCALES DU 18/05/08

         Le bureau de la Section de Yoff du Parti de l’Indépendance et du Travail s’est réuni le 06 février 2008 pour définir sa démarche en direction des élections locales du 18 mai 2008.

Le bureau de la Section estime que la nature locale de ce genre de scrutin se trouve largement édulcorée dans notre pays, par la concentration excessive des pouvoirs et des moyens au niveau de l’Exécutif. C’est dire que les neuf compétences prétendument transférées aux collectivités locales restent la plupart du temps très hypothétiques, leur laissant des champs d’action très limités.

         Mais, au-delà de ces enjeux locaux, il s’agit, avant tout pour Abdoulaye Wade, de gagner coûte que coûte ces élections, pour deux raisons essentielles :

-          effacer l’humiliation subie lors des dernières législatives qui ont connu un boycott massif et actif,

-          s’assurer le contrôle des assemblées locales pour couronner son plan de constitution d’un collège électoral, qui lui est indispensable, pour transmettre le pouvoir à un héritier, qu’il se sera lui-même choisi.

         En effet, l’opinion prête à Abdoulaye Wade l’intention de se servir du suffrage universel indirect pour faire aboutir son schéma de succession à la tête de l’Etat, que ses institutions illégitimes (Assemblée Nationale et Sénat) n’hésiteront pas, comme d’habitude, à  valider.

         L’importance de ces enjeux commande donc la constitution de la coalition la plus large possible pour faire face au P.D.S et à ses affidés à YOFF. En outre, le contrôle politique des collectivités locales peut aider  à construire des leviers de mobilisation populaire et citoyenne contre la politique néfaste du pouvoir libéral, marquée par la détérioration de la situation sociale  et les attaques systématiques contre les principes républicains et démocratiques. Des possibilités nouvelles existent pour imposer une plus grande transparence du scrutin et ainsi promouvoir des conseillers municipaux aptes à prendre en charge les préoccupations des populations de YOFF.

         C’est parce que nous ne réduisons pas les prochaines élections locales à une quête avide de strapontins, que nous privilégierons dans nos accords électoraux le principe de constitution, entre partenaires égaux en droit, de listes communes sur la base d’un programme concerté. Il s’agira de privilégier la notion d’équipe par rapport à celle de tête de liste. Il nous semble également aberrant de vouloir se baser sur les résultats d’élections tronquées pour définir une clé de répartition pour la constitution des listes, d’autant que nous voulons éviter que ce scrutin ne soit qu’une affaire d’état-majors politiques. Pour ne pas tomber encore une fois dans le piège de l’électoralisme ambiant, qui nous conduirait à mettre entre parenthèses les initiatives de résistance citoyennes, nous restons convaincus, que la question de la résistance populaire active, notamment contre les fraudes électorales, reste plus que jamais actuelle.

         Cet appel, au delà de nos alliés traditionnels du Front Siggil Sénégal  s’adresse aux membres de la société civile, à la jeunesse et aux femmes mobilisées au sein  des organismes communautaires de base (ASC, GPF…) et à toutes les bonnes volontés ne s’inscrivant pas dans la mouvance présidentielle.

         Nous restons à votre disposition pour une rencontre entre notre direction locale et la vôtre en vue de la constitution de listes unitaires du Front Siggil Sénégal ouvertes à la société civile.

Le Bureau de Section