Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
LE BLOG DE NIOXOR TINE

RISQUES DE HOLD-UP SUR L'ALTERNANCE!!!

ca2000.jpg
  Après l’euphorie de la victoire du front pour l’alternance, le 19 mars dernier, le peuple sénégalais renoue avec le train-train quotidien et la grisaille habituelle. Pour les pantouflards, dont je suis, qui regardent beaucoup le petit écran, ce sont presque les mêmes scènes avec remplacement de certains acteurs par d’autres.

 

Certains se demandent encore, en entendant d’anciens barbouilleurs d’affiches ou autres maires obèses parler à la radio, si quelque chose s’est vraiment passé le 19 mars dernier. On verrait volontiers ces fossoyeurs de l’économie nationale, là-bas vers Fongolembi en train de casser des pierres dans des camps de redressement. Ah démocratie bourgeoise, quand tu nous tiens!

Et dire que c’est la reddition hâtive et sans condition d’un kleptomane électoral à un général à la retraite qui nous aura privé d’une révolution populaire.

Laquelle aurait créé des conditions plus propices à une alternance véritable. Ainsi, les partis alliés auraient pu fusionner en un vaste Front Populaire pour la Sauvegarde de la Nation. Une période transitoire de cinq ans aurait pu suivre, basée sur un programme alternatif de gauche, auquel des libéraux repentants auraient pu se rallier sans grande difficulté, suivant en cela l’héritage de Pierre-Mendès France.

Durant cette transition, des élections législatives transparentes auraient  pu être organisées, opposant le Front et les nostalgiques du banditisme institutionnel d’avant le 19 mars, du moins ceux d’entre eux qui auraient échappé aux camps de pierre.

Mais voilà! Un coup de fil diabolique a transformé notre grandiose révolution de mars en simple match amical à l’issue duquel, le vaincu félicite le vainqueur. Cela ne nous facilite nullement la tâche.

Mais comme nous sommes dans un monde, qui depuis le 9 novembre 1989, a changé de base, il va bien falloir faire avec.

Comment se présente donc la situation?

Le 19 mars marque l’amorce d’un processus de changements démocratiques venus à maturité, auquel ont participé les couches sociales les plus diverses.  

Il en découle comme conséquence une hétérogénéité politique du front pour l’alternance. L’analyse des rapports de force politiques s’établit comme suit.

On note un affaiblissement évident du parti du nouveau président. Son année sabbatique sur les bords de la Seine ne serait pas tout à fait étrangère à cette situation.

Cela n’exclut pas pour autant une perte de vitesse latente des partis alliés du pôle de gauche, victimes de l’effet « Niasse », exactement comme cela avait été le cas en 1998 avec l’effet    « Djibo ».

La percée de l’AFP relève presque du miracle politique, mais elle est redevable pour beaucoup à la forte personnalité de Moustapha Niasse, dans un contexte de crise politique majeure du pouvoir en place incapable à faire face à la demande sociale croissante.

L’URD, qui dés le départ se voulait un rempart contre les partis d’opposition face à l’érosion continue de l’électorat du parti socialiste a surestimé le charisme de son leader face au désir profond  de changement qui animait le peuple sénégalais. Elle se retrouve aujourd’hui réduite à ce qu’elle était au départ: un courant de pensée au sein d’une famille socialiste maintenant laminée avec le prestige en moins.

Les candidats ayant misé sur la carte religieuse ou confessionnelle auront eu le mérite de permettre aux électeurs de clarifier le débat politique sur la laïcité dans le sens d’une séparation nette entre religion et Etat, même si la nécessité d’une réconciliation de la classe politique avec les valeurs de la religion dominante se trouve posée.

Malgré leur patriotisme, leur probité et leur courage indéniable, les deux  candidats restants ont toujours donné l’impression d’un nombrilisme excessif, là où une œuvre qui demandait le concours de toute la Nation était en chantier.

S’il est une leçon à retenir de ces élections, c’est qu’elles ont plus traduit une volonté de rupture avec les 40 ans de règne socialiste caractérisé par l’accroissement de la pauvreté que d’adhésion explicite à des objectifs programmatiques clairement définis.

C’est ce que semble insinuer le nouveau président, quand il affirme que le débat sur les réformes institutionnelles n’intéresse que les intellectuels.  Mais si on est d’accord que la période de transition est bien trop courte pour régler le problème de la demande sociale, elle peut permettre, cependant, de poser les jalons pour l’édification d’un Etat de droit caractérisé par une gouvernance de qualité. Un Etat où la responsabilité citoyenne sera promue au rang de valeur cardinale, empêchant toute possibilité de retour en arrière ou de désordre institutionnel grave nécessitant l’intervention de forces occultes tapies dans l’ombre.

Car il ne faut pas se voiler la face: les risques existent bel et bien.

Il n’est qu’à voir la fébrilité du nouvel homme fort pour insuffler de nouvelles bouffées d’oxygène à son parti, qui doit faire l’apprentissage d’un fonctionnement autonome en même temps qu’il s’initie à la gestion du pouvoir.

Malgré la réputation d’homme sérieux, intègre et patriote dont il est auréolé, Moustapha Niasse arrivera difficilement à venir à bout des vices que son parti héritera forcément du «vivier socialiste », défauts dont il est difficile de se défaire en six mois, d’autant que l’AFP est redevenu parti de gouvernement.   

Victimes, tour à tour de l’effet « Djibo », puis de l’effet « Niasse », les partis de gauche ont été bien inspirés de créer le pôle de gauche, ce qui permet de recrédibiliser les valeurs de gauche bien implantées dans notre pays. Elles ont cependant  été mises à mal par de longues années de querelles stériles sans oublier l’effondrement inattendu du camp du socialisme. Les quelques postes ministériels obtenus à la faveur de l’Alternance ne suffiront pas à soutenir la concurrence face aux énormes moyens matériels et financiers et aux solides amitiés internationales dont peuvent se prévaloir les dirigeants des autres partis présents sur le terrain politique. C’est pourquoi, leur unique salut réside dans l’unité en vue la responsabilisation des travailleurs et des masses populaires qui se trouvent être leur seul rempart.

Pour conjurer les risques de hold-up de notre révolution démocratique par des forces revanchardes, il importe de ne pas sous-estimer l’adversaire.

  SAMBA SENE; KHOUR-WI 

Dakar, le 11 mai 2000

  archive02.jpg

archive03